fine arts and literature

Le Dernier Livre

Un recueil de nouvelles collectif sur le thème du « Dernier livre ».

Recueil de nouvelles collectif sous la direction de Fabrice Bourland.

 

© Nestiveqnen, collection « Nouvelle Donne » , 2002

ISBN : 2-910899-51-9

Broché - 222 pages

 

Dix huit auteurs ont planché sur le thème plutôt libre du "dernier livre"…

EXTRAIT

De l'endormissement

J’étais en train de m’endormir, en train de basculer franchement du côté du sommeil, quand le téléphone a sonné. C’était Miu-Ju. Elle avait une souris. Évidemment, à cette distance, je ne pouvais pas faire grand chose. Je l’ai réconfortée comme j’ai pu, j’ai plaisanté un peu en lui suggérant de se déshabiller complètement avant d’attraper le grand panier où elle me disait que la bestiole s’était réfugiée. Comme ça, si la souris paniquée lui sautait dessus, elle ne risquait pas de s’accrocher à ses vêtements, ou pire, de se glisser à l’intérieur. Enfin, ça n’a pas eu l’air de lui rendre un vraiment grand service, elle n’était pas tellement avancée avec ça. Je n’étais pas d’un grand secours.

 

Comme je lui ai dit, l’idéal serait de la faire sortir. Parce que tu peux dormir avec, ai-je pontifié, tu ne risques rien, sauf, précisément, de ne pas dormir : les souris, c’est très bruyant. Et puis ça court et ça grimpe partout, au moment où tu t’y attends le moins tu sens quelque chose courir sur tes jambes par dessus la couverture, c’est moyen. Mais elle avait trop peur pour même s’approcher du panier, je ne savais pas trop comment elle allait faire. Moi, ce n’est pas des souris que j’avais peur. C’était une période incertaine. On vivait dans un pays dont les frontières s’estompaient, et rien qu’en marchant dans la rue, il fallait faire attention, être aux aguets, ne pas s’enfoncer dans n’importe quelle nappe de brouillard, le danger pouvait être tapi partout. Tout le monde continuait son bonhomme de chemin, qu’est-ce qu’on pouvait faire d’autre ? Mais les gens disparaissaient parfois, on ne savait pas ce qu’ils devenaient. Évidemment, les hommes se sont évanouis corps et biens de tous temps, il y a toujours eu de ces manquements à l’appel soudains, un homme disparaît. Mais on vivait une période un peu plus inquiétante que ça, plus menaçante que la vie normale. Même le sol n’était plus franchement fiable, et je me demandais parfois si quelqu’un n’avait pas fait une connerie du genre paradoxe temporel, si la texture même de l’univers n’était pas en cause. Peut-être que tout était en train de se dissoudre dans le néant. Et que ce qui nous apparaissait comme un processus de déliquescence physique, moral et intellectuel relativement lent, représentait juste un point, un simple instant t à l’échelle de l’univers ? Enfin, sans aller jusque là, tout semblait se barrer en couille, on ne savait pas exactement ce qui allait nous tomber sur la gueule, ni quand, ni quelle forme ça prendrait, mais on s’attendait à quelque chose. Mon autre amie, Chantal, m’avait dit au téléphone qu’elle était prête à partir, pour ainsi dire d’un moment à l’autre, dans le Quercy, où elle avait, je n’avais pas bien compris, soit un restant de famille, soit une vieille maison. Peut-être qu’elle avait déjà commencé à accumuler les boîtes de conserves et le sucre, je ne sais pas.

[…]

All images in this site are copyrighted and cannot be reproduced without the consent of the author.
Toutes les images présentes sur ce site sont protégées par le droit d'auteur et ne peuvent être reproduite sans permission.

Un recueil de nouvelles collectif sur le thème du « Dernier livre ».
Un recueil de nouvelles collectif sur le thème du « Dernier livre ».
Un recueil de nouvelles collectif sur le thème du « Dernier livre ».